Présentation
Presentation

Historique
History

 

MARTINE GÉLIOT,

jeune talent


Martine à 16 ans

Belle, noble, le sourire d'Athéna, l'intelligence brillait dans ses yeux, et l'amour du beau, dans son coeur.
JEAN CAU

 

CV de Martine Géliot

Martine Géliot est née dans une famille de musiciens (sa mère Huguette Géliot, élève de Marcel Tournier- elle-même fille d'une harpiste - est Premier Prix de harpe du Conservatoire de Paris, son arrière-grand-mère est la compositrice Mel Bonis, et son grand-père, Robert Géliot était compositeur de chansons...

Martine Géliot a 14 ans lorsqu'elle reçoit à son tour à l'unanimité un Premier Prix au Conservatoire National Supérieur de Paris où elle est élève de Pierre Jamet. A 16 ans elle remporte le Premier Prix au concours International d'lsraël devant l'élite mondiale de la harpe. Tels furent les débuts, fulgurants, de la carrière de Martine Géliot. Partenaire des plus grands interprètes (Jean Pierre Rampal, Yehudi Menuhin, Ravi Shankar, J. Jacques Kantorow, Patrick Gallois, Jacques Vandeville, James Galway, Huguette Géliot.), des plus grands chefs d'orchestre - tant en France qu'à l'étranger- elle joue dans les salles les plus renommées, notamment au Carnegie Hall de New-York. Depuis 1977 Martine Géliot était harpe solo de l'Orchestre National de France. De 1976 à 1981, elle se produit avec Jean Dupouy (alto) et Thomas Prévost (flûte) solistes de la formation L'Ensemble de Chambre Français.

À l'apogée de sa carrière, elle devait malheureusement succomber à un cancer en 1988, à l'âge de 39 ans.
Elle nous a quittés le 7 février 1988. Un dernier hommage lui fut rendu, quelques jours plus tard par ses amis de cet Orchestre National qui fut le sien pendant une brève période, André Jouve dirigeant le Requiem de Gabriel Fauré en l'Eglise Saint-Roch à Paris

Un concours International de harpe porte son nom; il est organisé par Huguette Géliot et Corinne Fournier.

Epouse de Benoît Charvet, musicien de jazz et compositeur, Martine était la mère de Florent et Baptiste Charvet; ce dernier est compositeur et chef opérateur son.


Martine photographiée par le violoniste Geoffry Wharton

Discographie


- CD: Récital de harpe, Martine Géliot: Quincy Porter, Arnold Bax, Aubert Lemeland, Jean-Marie Leclair, Claude Debussy. Concert public de Martine Géliot, enregistré en 1981 par Bernard Perrier. Ed. Quantum QM 6903;
- CD Hommage à Martine Géliot: musique de chambre: Quincy Porter, Arnold Bax, Aubert Lemeland, Jean-Marc Leclair et Claude Debussy, Quantum
- CD: Marcel Tournier : Pièces pour harpe, Martine Géliot Ed. Quantum, 1999, reprise du vinyle Musique Française du XXème siècle, Marcel Tournier, enregistré en 1983 par le label cybèles ;
John Thomas, Carl-Philipp Emanuel Bach, Benjamin Britten, Gabriel Fauré, Albert Roussel, Germaine Tailleferre, Alphonse Hasselmans, Serge Prokofiev, Marius Flothuis : pièces pour harpe, Martine Géliot Ed. Quantum;
-
Vinyle: Martine Géliot, harpe: Georg-Friederich Haendel, Wilhelm-Friedman Bach et Carl-Philipp-Emmanuel Bach. Premiers sillons. Harmonia Mundi HM 30 905
- Vinyle: Musique française pour la harpe: Fauré, Caplet, Tailleferre, Roussel, Pierné, Martine Géliot, harpe. EMI C 065- 12115
- Vinyles: Pièces pour la harpe: Haendel, Bach, Rameau, Daquin, Mozart, Chopin, Liszt, Debussy, Fauré, Satie, Falla
- Vinyle: Récital deux harpes, Huguette et Martine Géliot, harpes: Bach, Dussek, Boïeldieu, Chabrier, Debussy, Houdy, Lemeland, Boutry. Edipar EP 80 124
- Vinyle: Dix chansons d'amour: Bernard Géliot, chant, Martine Géliot, harpe. Musique de Robert Géliot. Production Family sound

Martine et Bernand Géliot

Hommage du compositeur Aubert Lemeland à Martine Géliot
Avec une incomparable qualité de son, un toucher à la fois délicat et puissant, Martine Géliot maîtrisait un instrument qui, mieux que tout autre, symbolise l'esprit de la musique française du XXème siècle. En chacune de ses interprétations la fascination était telle que les oeuvres graves, les moments intenses se métamorphosaient en simples "états de grâce". Ses doigts touchaient au mystère de la musique quand, détachés de la corde, les sons vibraient, lancés dans l'espace. La harpe de Martine Géliot, qui fut comme le roman d'une si brève éxistence - et il y a des disparitions dont on ne se console pas - portait avec elle son harmonie. Coeur destiné à ne battre que trop briévement, mais dans cette briéveté ayant cependant atteint les sommets de son art, Martine qui nous aura tant de fois enchantés "chuchotera toujours à l'oreille de notre âme les choses indicibles", selon une belle expression de Vladimir Jankélévitch.